Assurance habitation en cas de catastrophe naturelle

Idriss Bouhmouch
by Idriss Bouhmouch septembre 20, 2015 / No Comments

assurance-catastrophe-naturelle-2

Photo : Chantale Lecours, Montréal

Bon nombre de propriétaires québécois ignorent que les dommages survenus à la suite d’une catastrophe naturelle sont dans plusieurs cas couverts par l’assurance habitation. Il est rassurant de savoir que certains dégâts sont pris en charge par l’assurance habitation de base, et que des options existent pour se doter de protection additionnelle.

Les catastrophes naturelles couvertes par l’assurance

  • Tempête de neige et dommages causés par le verglas

Le verglas et les tempêtes de neige font partie des réalités hivernales de la Belle Province. Aussi, la plupart des assurances de base couvrent les dommages survenus à votre maison et à son contenu, les installations extérieures (patio, balançoire, et autres) et même les frais découlant de l’enlèvement des différents débris. L’effondrement du toit d’une maison en raison du poids excessif de la neige ou de la glace peut aussi être indemnisé en souscrivant à une assurance dite « tous risques ».

  • Tornades et ouragans

Bien qu’ils ne surviennent que rarement au Québec, les ouragans et les tornades font partie des événements dont les dégâts sont couverts par une assurance-habitation de base, tout comme les tempêtes de neige et le verglas.

  • Les pluies torrentielles et les inondations

Les assureurs n’offrent pas de protection au Québec contre les inondations, car il ne s’agit pas d’événements imprévisibles. ​La protection de base de votre assurance habitation couvrira toutefois les bris d’aqueduc et les dommages causés à vos installations sanitaires (lave-vaisselle, laveuse) lorsque surviennent des pluies intenses qui provoquent des inondations et des débordements d’égouts. Il est également possible d’ajouter un avenant à votre contrat pour plus de protection. L’avenant « dommage d’eau » couvre les infiltrations soudaines et accidentelles d’eau souterraine ou de surface, le débordement et le refoulement soudain de l’eau en cas de branchement d’égout, ainsi que le gonflement naturel de la nappe phréatique. D’autres avenants au contrat peuvent aussi couvrir l’infiltration de la pluie et de la neige, les débordements de gouttières et les dommages causés aux tuyaux ou aux colonnes pluviales.

  • Les pannes d’électricité de longue durée

Dans le cas d’une panne d’électricité qui vous a fait perdre tout le contenu des aliments rangés dans votre réfrigérateur ou dans un congélateur indépendant, la plupart des contrats d’assurances prévoient une protection jusqu’à un maximum de $1 000 de pertes.

  • Les tremblements de terre

Selon les experts, il y a de 5 à 15% de risques qu’au cours des cinquante prochaines années le Québec soit touché par des tremblements de terre d’importance. En cas de tremblement de terre, les dommages causés par la fumée, un incendie ou une explosion peuvent généralement être couverts par un avenant. Pourtant, seulement 3% des Québécois sont dotés d’une protection additionnelle de leur maison et de son contenu en cas de dommages dus aux séismes.

Assurez aussi votre chalet

Si vous êtes propriétaire d’un chalet et que vous ne l’utilisez que l’été ou l’hiver, il sera judicieux de l’assurer en tant qu’habitation saisonnière. Un contrat de base peut couvrir les dommages survenus au chalet et à son contenu. Par contre, une assurance « tous risques » vous protégera aussi en cas d’incendie, de vandalisme et de vol. Informez-vous auprès de votre assureur pour savoir si vous pouvez souscrire à une assurance habitation pour votre chalet ; celles-ci varient d’une compagnie à l’autre