Marché immobilier en faveur de l’acheteur

Idriss Bouhmouch
by Idriss Bouhmouch juin 9, 2014 / No Comments

Le marché immobilier actuel favorise les acheteurs alors que les offres de ventes augmentent et le nombre de propriétés vendues diminue. Selon les analyses, la région de Montréal a vu les ventes de propriétés diminuer de 9%, entre avril 2013 et avril 2014 alors qu’à l’échelle de la province, les ventes ont chuté de 7,9 % en 2013. Les prévisions pour 2015 sont également très conservatrices avec une hausse des ventes anticipée de 1 %. Dans ce contexte particulier du marché, c’est la bonne vieille loi de l’offre de la demande qui s’applique comme dans tous les secteurs de l’économie. Par conséquent, cette conjoncture favorise les acheteurs au détriment des vendeurs.

Les acheteurs détiennent donc un pouvoir de négociation accru en raison de la situation du marché. Diverses stratégies de négociation s’offrent à eux pour qu’ils puissent obtenir un prix avantageux qui convient à leur bourse.En premier lieu, il est primordial pour l’acheteur d’acquérir une bonne connaissance du marché. L’utilisation d’Internet constitue une façon simple et accessible d’obtenir le pouls du marché et de comparer les prix demandés des propriétés qui s’apparentent à celle qui est convoitée. Plusieurs sites internet d’agences immobilières et d’organismes indépendants offrent un vaste répertoire des propriétés à vendre. Cette préparation est capitale, car elle fournira l’acheteur des outils de négociations lors de la rencontre avec le vendeur.

Armé de confiance grâce aux informations colligées sur le web, l’acheteur est prêt pour la visite de la propriété de ses rêves. Il est important que celle-ci serve à examiner la maison avec attention afin de relever les défauts et les problèmes. Il ne faut pas non plus hésiter à interroger le propriétaire quant aux travaux à effectuer, aux raisons motivant la vente et au nombre d’offres d’achat reçus. La connaissance des coûts en matière de chauffage et de consommation d’énergie est susceptible d’éviter d’avoir de mauvaises surprises. Tous ces renseignements sont utiles pour recueillir des arguments qui seront employés lors de la véritable négociation. Il ne faut pas non plus oublier de recourir à un inspecteur en bâtiment afin d’obtenir une évaluation précise de l’état de la propriété.

Lorsque le moment de vérité arrive et que les négociations débutent, il est important de présenter une offre réaliste. Si celle-ci est excessivement basse, le vendeur ne prendra pas l’acheteur au sérieux (qui perdra sa crédibilité). Démontrer sa solide connaissance du marché et sa capacité d’emprunt (obtenez votre pré-approbation hypothécaire!) donnera confiance au vendeur. Maintenant, les informations recueillies sur l’état de la maison, en particulier les défauts, serviront à justifier le prix offert par l’acheteur. Celui-ci doit reposer sur des arguments solides. Sur le plan psychologique, il est préférable de ne pas démontrer trop d’enthousiasme et d’afficher une relative indifférence.

En définitive, le processus de négociation demande à l’acheteur de faire ses devoirs avant d’entamer les négociations. Il est donc primordial de faire une visite exhaustive de la maison, d’interroger le propriétaire sur l’état de celle-ci afin de démontrer de la crédibilité. Fournir ses armes avec de solides arguments ne garantit pas nécessairement un accord entre les deux parties, mais cela augmente les chances que l’acheteur obtienne le prix souhaité.