Prévision Taux Hypothécaire 2014 – Les maisons de retraite: le prochain essor du marché immobilier au Québec?

Idriss Bouhmouch
by Idriss Bouhmouch janvier 23, 2014 / No Comments

5528891311_c585d570c5_o

Prévision taux hypothécaire 2014 – Les maisons de retraite: le prochain essor du marché immobilier au Québec?

Avec le vieillissement de la population, investir dans l’acquisition ou la construction d’une résidence pour personnes âgées peut sembler très attrayant pour les investisseurs potentiels. En effet, une tranche croissante de la population québécoise va atteindre l’âge de la retraite dans les prochaines années. Selon Statistique Canada, la portion des personnes âgées de 65 ans et plus était de 14,4 % en 2011 et elle constituera le quart de la population totale vers 2040. Dans un avenir plus rapproché, vers 2020, on estime que le nombre de personnes âgées de 75 ans et plus connaîtra une croissance de 17,6 %  au Québec. L’arrivée massive de cette portion de la population au statut d’aîné entraînera une importante transformation de ses besoins sur le plan de l’habitation. Par conséquent, les résidences adaptées à ce type de clientèle seront à même de constituer un endroit propice à subvenir à tous leurs besoins.

Marché actuel : appel à la prudence

Toutefois, les conditions actuelles du marché commandent une certaine prudence de la part des investisseurs. Dans l’état actuel du marché, le taux d’inoccupation dans ce type de résidence avoisine les 8,4 % et est en augmentation croissante depuis 2000. De plus, une étude de KPMG datant de 2011 avance que 30 % des résidences privées actuelles arrivent tout juste à faire leurs frais ou sont déficitaires. Cette situation s’explique en partie par l’instauration en 2007 d’un système de certification des résidences par le gouvernement provincial. Ainsi, les résidences se voient assujetties à un ensemble de mesures qui occasionnent une hausse marquée de leurs frais d’exploitation. L’objectif de cette certification est certes louable, car elle assure un niveau adéquat dans la qualité des services dévolus aux résidents. Toutefois, l’acquéreur potentiel doit être conscient que pour se conformer à ces dispositions, il devra prendre en considération les sommes consacrées à ces aménagements. Il ne peut également refiler en totalité la hausse de ces frais à sa clientèle, car l’augmentation annuelle du coût des loyers est limitée à 1,5 % par la Régie du logement du Québec.

Éclaircie à l’horizon

Cependant, les nuages se dissipent et des signes encourageants se profilent à l’horizon pour les investisseurs intéressés par ce marché. C’est l’arrivée massive de la première cohorte de baby-boomers à l’âge de 75 ans, vers 2020, qui annonce une belle éclaircie dans un ciel quelque peu assombri. La demande pour ces résidences adaptées aux besoins des aînés connaîtra alors une augmentation substantielle. De plus, la situation financière de cette tranche de la population est relativement meilleure que celle des personnes âgées actuelles.

En somme, le marché des résidences de ce type s’annonce intéressant dans  un avenir prochain avec l’invasion massive des baby-boomers dans le groupe des aînés. Selon les spécialistes, le modèle de l’avenir sera celui des résidences de grandes dimensions pouvant offrir une large panoplie de services et des soins d’assistance adaptés à la clientèle exigeante des baby-boomers.