Indécis? Allez-vous acheter ou louer? À lire.

Idriss Bouhmouch
by Idriss Bouhmouch septembre 4, 2012 / 3 Comments

Acheter ou louer telle est la question. Chose certaine, il faut y penser à deux fois avant de prendre une décision. Une décision qui sera lourde de conséquences pour l’avenir. Oui, l’achat d’une propriété constitue un investissement, tandis qu’une location constitue une dépense. Toutefois, une propriété implique de nombreux coûts.

D’abord, il y a la mise de fonds qui représente de 5 à 20% du prix d’achat de la propriété. Qui plus est, si votre mise de fonds est en deçà de 20%, vous devrez également vous acquitter d’une assurance prêt hypothécaire auprès de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.

Ensuite, on doit penser aux frais juridiques pour le recours aux services d’un notaire. Ce dernier se chargera de conclure la transaction immobilière. Il précédera notamment à la vérification des titres et à la rédaction de l’offre de vente. Dans ce cas-ci, il faut prévoir entre 800$ et 1600$.

Puis, il ne faut pas oublier les droits de mutation mieux connus sous le nom de taxe de bienvenue. Beau cadeau de bienvenue me direz-vous. Désolé, c’est un passage obligé. Cette taxe oblige les nouveaux résidents à payer des droits d’enregistrement lors de l’acquisition d’une propriété immobilière. Généralement, le droit de mutation immobilière est calculé à partir du prix d’achat d’une propriété. Il faut également inclure l’impôt foncier C’est complet ? Non, pas tout à fait.

Si vous faites affaire avec un courtier hypothécaire ou immobilier, vous devrez couvrir ses honoraires. Si vous achetez en copropriété, vous devrez également vous acquitter des frais de condo par exemple. Évidemment, vous devrez également vous prévaloir d’une assurance habitation pour couvrir les frais de reconstruction de votre bâtiment. Enfin, on doit penser aux frais associés au déménagement, aux rénovations, à la peinture, au branchement des services et à du matériel de toutes sortes. Encore là, tous ces exemples ne sont que la pointe de l’iceberg.

Ouf, c’est beaucoup à la fois? Peut-être. Toutefois, la clé réside dans une bonne plannification financière. La première question à vous poser: ai-je les moyens d’accéder à la propriété? vous devrez donc calculer les dépenses mensuelles de votre ménage et vos mensualités de remboursement de dettes. Vous aurez ainsi une idée de votre capacité de payer. Vous pourrez ensuite recourir à des calculatrices hypothécaires pour connaître le prix maximal que vous pourrez payer pour une habitation. Retenez bien deux règles essentielles pour l’accessibilité financière.

Primo, vos frais d’occupation mensuels ne devraient pas dépasser 32% de votre revenu mensuel brut. Secundo, le montant total consacré mensuellement au remboursement de l’ensemble de vos dettes de devrai pas dépasser 40% de votre revenu mensuel brut.

Alors petit conseil: prenez bien le temps d’évaluer votre situation financière. Il n’y a aucun mal à demeurer locataire. Certains préfèrent même louer toute leur vie. Il s’agit d’une question de choix. Si vous êtes plutôt serré dans votre budget, attendez que vos finances se stabilisent. Vous pourrez ensuite amasser tranquillement une mise de fonds pour votre demeure.


  • […] ou la maison unifamiliale fait partie de la culture d’acquisition de propriété des familles. Acheter une maison unifamiliale, c’est s’acheter son foyer la plupart du temps.Si le bungalow tient sa vaste popularité du […]

  • […] à évaluer votre situation, consultez un agent immobilier. Pour conclure, gardez en tête que la location en vue de l’achat est plus avantageuse pour les personnes financièrement vulnérables. Celles-ci […]

  • […] à évaluer votre situation, consultez un agent immobilier. Pour conclure, gardez en tête que la location en vue de l’achat est plus avantageuse pour les personnes financièrement vulnérables. Celles-ci […]